Fiduciaire de provence expert comptable aix en provence
ACTUALITÉS
 

LF 2021 : frais de transports personnels domicile-travail

 


LF 2021 : frais de transports personnels domicile-travail

29/01/2021

 

Extension du forfait mobilités durables aux engins de déplacements personnels motorisés

Rappel. Depuis le 11-5-2020, les employeurs peuvent, sous certaines conditions, prendre en charge les frais de transport personnels de leurs salariés qui utilisent des moyens de transports alternatifs plus écologiques pour effectuer leurs trajets domicile-lieu de travail, notamment à vélo, en covoiturage ou en service de mobilité partagée, en leur versant un forfait mobilités durables (C. trav. art. L 3261-3-1 et L 3261-4 ; décret 2020-541 du 9-5-2020, JO du 10-5 ; loi 2019-1428 du 24-12-2019 d'orientation des mobilités, art. 82, JO du 26-12).

En pratique, ils peuvent verser ce forfait à leurs salariés qui se déplacent entre leur domicile et leur lieu de travail avec leur cycle personnel (électrique ou non), en covoiturage (comme conducteur ou passager), en transports publics de personnes (sauf en transports publics de personnels ou services publics de location de vélos, pour lesquels les employeurs ont l’obligation de prendre en charge 50 % des titres d'abonnement, C. trav. art. L 3261-2) ou à l’aide d’autres services de mobilité partagée, comme le service d’autopartage de véhicules à moteur à faibles émissions ou par la location ou l’utilisation en libre-service de véhicules motorisés (exclusivement une motorisation non thermique) ou non (C. trav. art. R 3261-13-1).

 

À compter du 1-1-2022 , le forfait mobilités durables pourra couvrir tout ou partie des frais engagés par les salariés qui se déplacent entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail avec leurs engins de déplacements personnels motorisés (EDPM), par exemple les trottinettes électriques personnelles (LF 2021, art. 119 ; C. trav. art. L 3261-3-1 modifié).

 

Hausse du plafond des exonérations sociale et fiscale

 

La prise en charge facultative par l’employeur des frais de transport personnels des salariés (frais de carburant ou frais exposés pour l'alimentation de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hydrogène engagés par les salariés et frais pris en charge dans le cadre du forfait mobilités durables) était, jusque fin 2020, exonérée d'impôt sur le revenu pour le salarié et de cotisations et de contributions sociales patronales et salariales dans la limite de 400 € par an et par salarié (dont 200 € au maximum pour les frais de carburant) (CSS art. L 136-1-1, III-4° ; CGI, art. 81, 19º ter-b).

À compter du 1-1-2021, la limite de cette exonération sociale et fiscale est portée de 400 € à 500 € par an et par salarié, dont 200 € au maximum pour les frais de carburant.

Lorsque la prise en charge facultative des frais de transports personnels engagés par les salariés est cumulée avec la participation obligatoire de l’employeur à l’abonnement de transport en commun, l’avantage fiscal et social résultant de ces deux aides ne peut pas dépasser le montant maximal de 500 € par an ou le montant du remboursement de l’abonnement de transport en commun si celui-ci est supérieur à cette somme (LF 2021, art. 57)

Source : Loi 2020-1721 du 29-12-2020 de finances pour 2021, art. 119 et 57, JO du 30-12

Profil : artisan, commerçant, agriculteur, professionnel libéral, dirigeant de société, dirigeant d’association, salariés et collaborateurs, fonctionnement et développement, social

 

Associations intermédiaires : exonération du versement mobilité

La loi de finances pour 2021 exonère les associations intermédiaires du versement mobilité.

Les personnes physiques ou morales, publiques ou privées doivent s'acquitter du versement mobilité lorsqu’elles emploient au moins 11 salariés, à l'exception des fondations et associations reconnues d'utilité publique à but non lucratif dont l'activité est de caractère social (CGCT art. L 2333-64 et L 2531-2). Cette contribution destinée à financer les transports en commun est recouvrée par les Urssaf qui sont chargées de la reverser aux autorités organisatrices de la mobilité. Son taux est fixé par la commune ou le groupement de communes.

À compter du 1-1-2021, les associations intermédiaires sont également exonérées du versement mobilité (LF 2021, art. 125 ; CGCT art. L 2333-64 et L 2531-2 modifiés).

Source : Loi 2020-1721 du 29-12-2020 de finances pour 2021, art. 125, JO du 30-12

© Copyright Editions Francis Lefebvre

 
 
Voir tous les articles