Fiduciaire de provence expert comptable aix en provence
ACTUALITÉS
 

Transmission d’une EARL

 


La plus-value réalisée lors de de transmission d’une entreprise individuelle ou d’une branche complète d’activité n'est exonérée d’impôt que si la branche d'activité peut faire l'objet d'une exploitation autonome chez le cédant comme chez le cessionnaire et si la transmission de cette branche d'activité opère un transfert complet des éléments essentiels de cette activité tels qu'ils existaient dans le patrimoine du cédant et permet au cessionnaire de disposer durablement de tous ces éléments (CGI art. 238 quindecies).

Un exploitant agricole avait liquidé son exploitation agricole à responsabilité limitée (EARL) soumise à l’IR dont il était l’associé unique et cédé le matériel agricole de son entreprise à son fils qui exploite également une EARL et avait conservé dans son patrimoine privé la propriété des bâtiments d'exploitation de l'entreprise cédante (serres, local de chaufferie, local de stockage et un hangar). Il avait cependant loué à ses bâtiments d’exploitation à son fils qui les avait mis à disposition de son EARL pour son exploitation. L’exploitant agricole cédant avait appliqué le régime d’exonération de la plus-value réalisée lors de la cession du matériel agricole au titre de la transmission d’une branche complète d’activité

Suite à une vérification de comptabilité de l’EARL cédante, l'administration fiscale avait remis en cause le bénéfice du régime d'exonération d’impôt de la plus-value professionnelle réalisée par l’exploitant cédant au titre de la cession à son fils du matériel agricole de son EARL au motif que l’EARL cédante n'avait pas transféré à l'EARL cessionnaire l'ensemble des éléments essentiels (notamment les bâtiments d’exploitation) à la poursuite de l'exercice de l'activité agricole et que donc la transmission ne portait pas sur une branche complète et autonome d'activité. Les juges ont suivi l’analyse de l’administration et refusé l’application de l’exonération d’impôt à cette plus-value.

Mais le Conseil d’État a censuré la décision des juges et déclaré que l’absence d'apport en pleine propriété d'immeubles ne fait pas obstacle à ce que le transfert soit complet dès lors qu'il garantit à son bénéficiaire, pour une durée suffisante au regard de la nature de l'activité transmise, le libre usage de ces immeubles aux fins de l'exploitation de cette activité.

Les juges auraient donc dû vérifier si le fait de louer les bâtiments d’exploitation à son fils, exploitant et associé unique d’une EARL qui les avait lui-même mis à la disposition de celle-ci, garantissaient à l'EARL cessionnaire, pour une durée suffisante au regard de la nature de l'activité transmise, le libre usage de ces immeubles pour l'exploitation de son activité.

 

Source : Conseil d’État 8 décembre 2017, n° 407128

© Copyright Editions Francis Lefebvre

 
 
Voir tous les articles